Voleur de feu, au toucher sa peau brille, Christian Degoutte, Iris Miranda

Voleur de feu, Au toucher sa peau brille, C. Degoutte, I. Miranda, Collection

80

Solstice d’été, le nouveau Voleur de feu titré “Au toucher sa peau brille” réuni en son sein Christian Degoutte et Iris Miranda. Ces deux nouveaux contributeurs évoquent des sujets puisés au plus profonds de leurs personnalités. Les textes poétiques aux formes originales de Christian Degoutte rend compte de conditions féminines, tantôt dans l’espace urbain, au bord d’éléments aquatiques ou perdue au milieu de zone industrielle. Iris Miranda, par ses gravures se frotte à la féminité tout en délicatesse et en sensualité. Ses œuvres mêlent les corps tout en courbes, aux traits précis avec des fleurs ouvertes en coroles, des drapés cachant à peine les nudités dans des positions très étudiées.

9 en stock

Description

Avec la revue numérotée et signée, recevez une gravure originale d’Iris Miranda. Une pointe sèche sur Plexiglas format du papier : 31 x 24 cm, format de la matrice : 15 x 11,5 cm.

Solstice d’été, le nouveau Voleur de feu titré “Au toucher sa peau brille” réuni en son sein Christian Degoutte et Iris Miranda. Ces deux nouveaux contributeurs évoquent des sujets puisés au plus profonds de leurs personnalités. Les textes poétiques aux formes originales de Christian Degoutte rend compte de conditions féminines, tantôt dans l’espace urbain, au bord d’éléments aquatiques ou perdue au milieu de zone industrielle. Iris Miranda, par ses gravures se frotte à la féminité tout en délicatesse et en sensualité. Ses œuvres mêlent les corps tout en courbes, aux traits précis avec des fleurs ouvertes en coroles, des drapés cachant à peine les nudités dans des positions très étudiées.

Extraits :

Mia Thalassa

Sexy, dans sa robe d’un seul souffle électrique
elle traverse le parking du super marché –
l’asphalte au soleil est un éblouissement d’eau bleue
– brune extrêmement, talons fins, elle passe –
jambe à boire, jambe à boire – au soleil alterné –
avec presque rien de sel brillant dans les plis
de sueur derrière ses genoux – elle passe
comme on voudrait passer : en dansant sur le fil
de son propre souffle – en prélevant chacun de ses pas
dans un éblouissement d’eau bleue –
Battant sa cuisse du bout des doigts elle chante
ses pas – puis installe son bébé dans son siège
auto, une fillette toute en rose – puis longtemps
au volant de sa voiture elle est sans partir
– ni rien vouloir finir

Perreux
zone commerciale
Angélique Ionatos


So Quiet

Blonde moderne à l’assaut des allées – giflée
de sang, ses yeux à tous jetés en confettis –
l’ombre des chaises vole devant son fauteuil
à moteur – jambes restées de bébé – moqueuse
avec une fleur de mélancolie au coin
du sourire – rouges géraniums au soleil –
Les parasols respirent où le garçon de café
chavire en toréador – géraniums rouges
dans les bacs de terreau noir bornant la terrasse –
retirée sous ses paupières – ailes de geai vite –
elle pianote sous les géraniums dans la moiteur
de la terre – elle touche le coeur battant de la terre –
comment sous les pieds quand ils vont nus
bat le pouls de la terre
Puis – toréador – trouant le corps de la blonde –
de la gorge jusqu’au ventre – une bière plonge
en elle sa racine d’or
Roanne
Place de la paix
Bjork


Format : 210 x 297 mm

Publication, Solstice d’été 2017 – 28 pages non reliées – papier Underwood – Woodstock Bettula 170 grs – impression Offset.

Tirage courant seul : ici

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Voleur de feu, Au toucher sa peau brille, C. Degoutte, I. Miranda, Collection”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *