Voleur de feu, Mise à nue, Collection 16

60

Ce troisième numéro de Voleur de feu, intitulé Mise à nue,  réuni les œuvres d’Annie Kurkdjian, reproductions de 6 pastel sur toile et sur papier. Et des textes de l’écrivaine Marlène Tissot, poèmes et proses.

1 en stock

Description

Avec ce numéro 3 de Voleur de feu, vous recevez une œuvre originale d’Annie Kurkdjian. Technique mixte sur papier, 15.3 x 14.7 cm

Ce troisième numéro de Voleur de feu, intitulé Mise à nue,  réuni les œuvres d’Annie Kurkdjian, reproductions de 6 pastel sur toile et sur papier. Et des textes de l’écrivaine Marlène Tissot, poèmes et proses.

Extrait du texte intitulé « Tu t’es assis dans mon ventre »:

« Un jour, tu es venu et tu t’es assis dans mon ventre. Pas dessus, non. Dedans. Je ne savais pas que c’était possible. Tu as forcé la porte pour entrer. Je n’ai pas eu le temps de réagir, pas eu le droit de crier, tu tenais ma bouche fermée de l’intérieur avec ton poing. Je sentais ton poids assis profond dedans mon ventre. Tu es resté là, comme ça. Et même après, quand tu n’y étais plus, tu y étais encore. Impossible de te sortir de moi. J’ai essayé, plus tard, en découpant ma peau, en fourrageant dans la chair. Rien à faire, tu étais assis là pour toujours. J’ai avalé des poisons pour te dissoudre, ça a dilué des tas de choses mais pas ta présence.
Un jour, tu es venu et tu t’es assis dans mon ventre. Après, je n’arrivais plus très bien à marcher. Ça pesait trop lourd tout ça, tout toi, pour mes jambes d’enfant. Je n’avais plus de forces, plus de place dans mon ventre à cause de toi assis là. Impossible d’avaler quoi que ce soit sans vomir. Je vomissais tout le temps. Des docteurs m’ont examinée, ils ont palpé mon ventre, ont fait des images pour regarder dedans mais ils ne t’ont pas vu. Je n’ai pas osé leur demander de chercher mieux.
Un jour, tu es venu et tu t’es assis dans mon ventre. Tu étais beaucoup plus grand, beaucoup plus fort que moi. Il n’y avait pas assez de place pour nous deux à l’intérieur, alors je me suis enfuie hors de moi. Et toi, tu es resté là, avec ton regard d’autrefois, avec ta voix qui disait, On fait un
jeu, regarde, je vais m’assoir dans ton ventre. Tu n’avais pas prévenue que tu resterais assis là et que je ne pourrais plus jamais me relever. »

Format : 297 x 210 mm

Publication, Solstice d’été 2016 – 12 pages non reliées – papier Extraprint 160 gr – impression Offset.

La critique par Dominique Boudou ici

Pour en lire plus avec Marlène Tissot : http://monnuage.free.fr/

Pour en voir plus sur l’oeuvre d’Annie Kurkdjian : http://www.anniekurkdjian.com/

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Voleur de feu, Mise à nue, Collection 16”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *